Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Lifestyle

Ma crèche est ma sauveuse

Aujourd’hui, je vous parle d’un sujet très particulier et très sensible pour moi et ma crevette.

La Crèche

Nous avons eu malheureusement une très mauvaise aventure avec notre ancienne nounou, une aventure terminée trop tôt pour une petite choupette âgée de seulement 6 mois.

Ma crevette avait à peine 1 an, et a vu et entendu tout ce que les parents ne souhaitent pas que leurs enfants vivent. Je vous passe les détails, car c’est encore un sujet très sensible pour moi, même si ça fait deux ans aujourd’hui.

Du coup, ma confiance envers les nounous s’est dégringolée en flèche. Malgré tout (et je ne fais pas une généralité), j’en ai vu des extras, des nounous qui prennent soin de leurs petits protégés comme de leurs enfants. Ces nounous considérées comme une deuxième maman pour nos petits bouts.

Une très mauvaise phase que nous avons passé, nous aurons mis un an pour nous ouvrir aux autres, un an pour que ma crevette ne prenne plus peur des autres, un an pour que je réapprenne à laisser ma fille à quelqu’un d’autre que moi, un an pour que les gens comprennent notre vécu. Car il existe encore des personnes qui se permettent de juger le comportement d’un enfant sans savoir, sans le connaître. Car oui, c’est un individu à part entière qui a également des sentiments, comme la peur, la crainte …

Autant vous dire que lorsque nous avons déménagé dans notre nouveau chez-nous (et parfois le destin nous joue de drôle de tour puisque les parents de cette petite habitent également notre quartier), j’ai fait une demande d’inscription à la crèche. Parce que j’avais eu de bons échos, et parce que je voulais que ma crevette passe à autre chose.

Pour un meilleur développement, je souhaitais qu’elle apprenne plus de choses, plus d’activités que je ne pouvais faire… bref, qu’elle vive une vie d’enfant, insouciante, innocente….

Je réussis à décrocher une place (3 places pour les enfants de ma ville, car il s’agit d’une crèche intercommunale..). 

J’ai rencontré la directrice, une jeune femme dynamique, infirmière et puéricultrice, une personne digne de confiance puisqu’elle était diplômée, qualifiée pour s’occuper de mon bébé.

Oui je suis devenue craintive, enfin je l’étais avant, mais là, ce vilain défaut s’est décuplé de telle façon que c’était devenu ingérable.

Je lui ai tout raconté. Notre vécu, à la mater, chez nounou… Elle a découvert une petite crevette fragile, tout en étant rigolante. Oui ma crevette, en arrivant labas, a adoré la crèche ! Elle se sentait en confiance, aucun danger à l’horizon. Pas de pompiers ou de dames qui hurlent et pleurent.. Non, juste un monde d’enfant.

Vient alors le premier jour. La journée la plus longue après l’adaptation. La journée où on se tourne les pouces, où on attend que les heures passent, où on croise les doigts pour que tout se passe bien… mais sans larmes ! Mouais!! j’ai pas pleuré, comme une grande hahaha!!

Elle n’avait pas fait sa sieste, elle a préféré découvrir ce nouveau monde plein de surprises, de nouveaux jouets, des dames toutes gentilles qui racontent des histoires, qui prennent soin de cette petite tribu d’une vingtaine d’enfants. Une salle repas où l’on chante des chansons, et un planning d’activités où même les parents peuvent participer !

En fait, j’adore cette crèche, et si j’ai un deuxième enfant, je le laisserais sans hésiter. Pourquoi ? Parce qu’il se prépare plus facilement pour l’école, parce qu’il s’habitue à voir plusieurs enfants comme dans une classe, parce que les activités varient tous les jours. Ils ne font pas tout le temps la même chose. Et surtout parce que cette crèche met un point d’honneur sur l’environnement, que tout ce que mange l’enfant proviendra d’une agriculture bio de l’agriculteur du coin, cuisiné sur place, parce qu’elle a un grand jardin, avec un grand potager, ludique pour les petits.

Bref, vous l’aurez compris, j’aime ma crèche !

Aujourd’hui ça fera un an que ma crevette y est inscrite. Et je trouve qu’elle a énormément changé, énormément évolué. Une petite fille au caractère bien trempé, qui ne se laisse plus faire par les autres, qui sait ce qu’elle veut, mais qui reste toujours inquiète quand elle voit un bébé pleurer. 

Je suis plutôt fière de son parcours, de tout le chemin parcouru depuis ce premier jour à la crèche. 

Moi, dans tout ça, je me sens revivre. Je sais que ma puce est en sécurité, donc il est plus facile pour moi de bouger, de sortir, sans que mon esprit soit obnubilé par ces 36 milles questions que l’on se pose constamment. 

J’ai lâché du lest, j’ai laissé les choses se faire sans que je puisse les contrôler. J’ai laissé ma fille vivre ses expériences avec les autres enfants. Mais surtout, j’ai lâché prise et ça, ce n’est pas une mince à faire !

Voilà pourquoi ma crèche est ma sauveuse. Elle nous a sorti de ce cauchemar infernal, elle nous a fait revivre. Alors merci à ces personnes qui prennent soin de ma fille tous les jours, et aussi soin des autres enfants qui sont à leur merci.

Ces enfants sont notre richesse. C’est le bien le plus précieux que nous ayons sur cette planète et peu importe le reste, nos enfants avant tout! 

Bonjour à tous, je suis Sarah de la Popotamfamily. Maman bretonne d'une petite crevette de 5 ans, nous partageons avec vous, toutes nos découvertes, nos tests, coups de cœur. Recettes de cuisine, lifestyle et tests en tout genre, bienvenue chez nous!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :