Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Lifestyle

La peur de ma vie

et c’est vraiment peu dire.

Comme vous le savez, ma crevette est souvent malade. Rien de grave en soi. Juste un rhume, maux de gorge, otites, et surtout la fièvre à 40  grand max…

Les maux de l’hiver, les maux d’enfants, tous aussi normaux les uns que les autres, n’est-ce pas ?

A écouter les médecins, juste un doliprane et ça repart! Elle a 40 ? Ce n’est pas grave, faites tomber la fièvre, on ne soigne pas le chiffre, on soigne les symptômes ……

Et comment fait-on si la fièvre dure depuis 4 jours ???? On nous dit toujours qu’une fièvre ne doit pas dépasser les 72h, alors pourquoi tant de désinvolture alors que le problème est là, sous leurs yeux ??

JEUDI SOIR …

Ma crevette revient de l’école et de la danse avec plein de frissons. La fièvre est là… un petit 39.2, ça le fait, on gère… Mister Doliprane est encore dans les parages c’est cool! J’appelle donc la médecin de famille …. Overbookée ! J’appelle les médecins des villes avoisinantes … overbookés ! Je réussis à joindre un médecin de ma commune. Par chance, nous aurons un rdv le lendemain soir.

VENDREDI …

Toute la journée du vendredi aura été compliquée. Fièvre à 40, pour ma crevette, pour moi matinée test pour un boulot. Comment se concentrer, avec juste 2h de sommeil dans la tronche, faire bonne impression et ne pas penser à ce moment là à sa puce, ENCORE malade… A ce moment là, je me disais au fond de moi-même, comment pourrais-je faire et m’organiser si elle est toujours dans cet état ? Les stygmates de mon ancien patron reviennent, et surtout cette phrase qu’il m’avait dit alors qu’elle avait une gastro et avait déjà perdu 2kg en l’espace de 3 jours, à un an ” SI VOUS PARTEZ MAINTENANT, RESTEZ CHEZ VOUS DÉFINITIVEMENT” … Non, je ne peux pas me permettre de commencer un nouveau job et avoir des absences à répétition, je peux pas.

Le soir arrive, le médecin l’ausculte, elle a une simple angine. Pas d’antibiotiques cette fois, juste mister doliprane, et madame pipette sérum phy… mmmmmm ça promet de folles journées tout ça ! Il m’interpelle pourtant sur son teint, ses cernes et surtout sur la durée de la fièvre. Son parcours ne le laisse pas insensible (pour une fois) et me précise que si d’ici dimanche la température ne baisse pas, direction les urgences pédiatriques.

SAMEDI … 

Ma sœur et son chéri viennent nous voir, ils arrivent de Paris et sont donc épuisés par la route. Mais quel bonheur de les voir. Ma crevette dans un moment de clairvoyance profite d’eux, les titillent, les embêtent, s’amuse et rigole avec eux. Elle va bien, elle est à 38 et supporte bien la fièvre. VICTOIRE ?? 

Je la couche, il est 23h30 avec un 39 de fièvre, elle est arrivée d’un coup celle là!

DIMANCHE …

Dimanche matin, la fièvre est toujours bien présente. 40 ! Un putain de 40 ! On est dimanche, et elle a 40!

J’ai le temps de préparer mon brunch pour la petite famille, je me dis que la fièvre baissera… On a le temps ? Mais non, la fièvre augmente malgré le doliprane…

Direction donc les urgences. Nous arrivons vers 11h30. Il y a un monde fou, plein d’enfants, malades, blessés, les urgences quoi ! On nous place dans une chambre où nous aurons sympathisé plus tôt avec une maman parisienne qui venait d’arriver dans le coin. ça me faisait plaisir de voir une patriote et de la guider un peu dans cette grande ville.

On attend, longtemps, trop longtemps. La puce est vraiment pas bien. Trop pâle, trop de température et il fait chaud dans cette case-bas ! Un interne passe enfin, au bout de 3h ! Pardon, mais on aurait dit un petit oiseau qui sortait de son nid, LOL !! Je lui explique le cas de ma fille, tout ce qu’il se passe. Tout ce qu’elle a enduré, tout ce qu’elle vit, tout.

J’attends des réponses, pourquoi n’arrive-t-elle pas à se soigner seule, avec Mister Doliprane!

“C’est viral, vous pouvez partir”! Et la prochaine fois qu’est ce qu’on fait ? Si la fièvre remonte qu’est ce qu’on fait ? Et pour sa gorge qu’est ce qu’on fait ??

“C’est viral, vous pouvez partir, je suis pas inquiet !” Il repart ainsi, fier de sa connerie, dans son bureau, rigolé un coup avec l’aide soignante qui lui fait du charme, et nous prépare les papiers de sortie. Je vais me le faire, encore un médecin qui n’écoute rien, qui n’entend rien, qui ne veut pas comprendre, parce que c’est une simple angine !

L’infirmière passe par hasard dans la chambre pour s’occuper de notre petit voisin et voit l’état de ma fille. Elle l’ausculte, fait son petit boulot et repart. L’interne revient, nous donne les papiers de sortie. J’insiste encore et encore sur l’état de ma fille et j’entends encore et encore “C’est viral, vous pouvez partir”! Non mais connard quoi ! Pardon pour la vulgarité, mais là ça me gonfle!

Il part, on s’habille et on ouvre la porte, quand on voit arriver vers nous l’infirmière, l’interne petit-oiseau, et la pédiatre.

On parle, explique, cette fois-ci, ça me gonfle, je commence à hausser le ton, en restant toujours respectueuse mais ferme. Elle réexamine la puce, l’interne aussi, se parlent entre eux et décident enfin de faire des analyses. Prise de sang et analyse d’urine, que je demandais depuis le midi seront fait dans l’heure qui a suivi. L’interne n’était pas fier, mais je ne lui ai rien reproché. Avant qu’ils quittent tous la pièce, je remercie chaleureusement l’infirmière en l’appelant “mon ange-gardien”. Elle me répondra que les internes viennent juste d’arriver et qu’ils ne connaissent pas le protocole! ça ne me rassure pas du tout!

3h plus tard, on nous vire de la chambre, faut la libérer pour d’autres patients, puisque nous attendons les résultats. Il est 17h, on attend encore et encore. La petite est allongée dans le brancard, dans le couloir et les courants d’air. On attend.

Les 3 compères reviennent enfin, avec un air bizzar. Ils tournent autour du pot, et parlent, expliquent des choses, je ne comprends rien …. A ce moment là, c’est exactement comme dans les films.

Tout se met à ralentir, les gens, les paroles, les sons, et vous êtes là, assis sur cette chaise, en vous disant “c’est le moment, c’est le moment que tous parents détestent et qui est en train de se dérouler” !

“On garde votre fille pour la nuit, c’est grave!”

Oui là c’est clair, parce que je lui ai fais répété plusieurs fois les choses, pour bien les comprendre et surtout pas me faire de film… Je suis encore au ralentie, et je regarde mon cher et tendre, qui a les larmes aux yeux. Ok c’est grave!

“Le taux de potassium est vraiment trop bas, il faut qu’on la perfuse pour lui redonner un coup de fouet, et qu’on sache si elle l’évacue, ou si elle le garde bien”…

Mais c’est quoi cette histoire de potassium ? Non je comprends rien là, je suis sonnée et crevée, mon cerveau tourne vraiment au ralenti. On n’a pas mangé de la journée, tous les 3. On est épuisés! 1h après, on remonte dans une chambre, et on trouve une petite puce qui s’appelle comme moi dis donc ! Vraiment très mignonne, mais… très bruyante, et je pense perturbée. Ce n’est pas de sa faute, je ne la juge pas, on ne choisit pas c’est comme ça.

On pose la perf, on injecte le produit.

C’est l’enfer absolue pour Lana, qui se met à hurler de toutes ses forces. A se débattre, à supplier qu’on lui enlève ça, je ne peux pas la toucher, ni la consoler, elle est en colère comme jamais !

” JE T’AI DIT DE NE PAS ME TOUCHER ET TU RECOMMENCES “

 

” POUSSES-TOI DU LIT! J’ÉTAIS LA AVANT TOI “

Je pars, et je laisse son père prendre la relève pour la nuit.

Nuit blanche. Elle n’aura pas cessé de pleurer jusqu’au lendemain matin.

LUNDI … 

Je reviens, la fièvre est tombée et la perf retirée. La nuit fut très courte, pour tout le monde.

Lana est épuisée, c’est bruyant, la télé est à fond, le téléphone aussi, la mère de la petite voisine fait la tronche, insociable, il fait chaud, trop intrusive, on est où là !

Mais la fièvre est tombée, jusqu’au soir où elle remontera à 39.5… Je reste avec ma puce toute la journée, toute la soirée, et son père revient pour passer la nuit avec elle. On se relaye, lui reste la nuit, moi la journée. On ne la laisse pas seule, elle ne veut pas et nous non plus. Mais pour une question d’intimité, il est difficile pour mon homme de dormir avec Lana. Nous sommes dans le service des grands enfants, donc de 4 à 15 ans. Il y a un protocole à respecter, pour éviter toutes gênes. Je comprends, mais je ne veux pas qu’on la laisse seule. Et moi ? Je ne peux pas dormir dans cet hôpital. 1 mois et demi là, c’était comme si je revivais mes mésaventures d’il y a 4 ans. Je peux pas! J’arrive pas à prendre sur moi sur ce coup là.

Il est 20h. Je demande qu’on lui change de chambre, ce n’est pas possible de continuer comme ça, sa voisine a pété un plomb, vraiment, aura fait un méga malaise! J’ai de l’affection pour cette puce, mais son état est trop stressant, son comportement vraiment instable, j’arrive plus à supporter et Lana doit se reposer. La télé est toujours à fond, et le portable chante tout le temps malgré le fait qu’on aie demandé du calme, c’est le gros bordel quoi !!

On change enfin de chambre, il fait plus frais. Nous sommes avec une petite poupée, magnifique, toute frêle et discrète, qui était déjà couchée et prête à dormir. On ne veut pas la déranger, on chuchote, je profite de ce moment à 3 et je repars doucement sans réveiller qui que ce soit, il est 23h.

En rentrant le soir, je range tout de même le bazar du dimanche matin. La chienne était comme folle de me voir enfin, il est vraiment temps qu’on reprenne notre vie là où on l’a laissée.

MARDI …

J’ai la tête dans le schtroumpf ! Un café, on se prépare, c’est le dernier jour pour ma sœur et son chéri, car ils devront partir quelques heures plus tard. J’ai pas envie de retourner à l’hôpital. 

Mais faut y aller, faut le faire, je prends sur moi et on y retourne. Ma puce est dans la salle de jeux, elle s’éclate avec son père. Elle a meilleure mine, la fièvre est tombée. Le pédiatre passe enfin ! Et toujours la même chanson pour cette angine, c’est viral, pas d’antibiotiques! Et puis, dans son long discours, elle me parle des analyses, le potassium est toujours là, bien présent dans son organisme. Et puis toujours dans son long discours, elle me dit qu’il faut que j’attende les résultats, dans plusieurs semaines, et toujours dans son long discours, elle me parle de maladies, toutes aux noms farfelues, dont la maladie MARSHALL = PFAPA qui correspondrait en tout point à ce qu’à ma crevette et qui serait à l’origine de tous ses maux, depuis ses 6 mois…

En gros, la PFAPA c’est l’inflammation du système ORL. La gorge, le nez, les oreilles, donc angines, rhumes, otites et toujours accompagnés de fièvre. Le traitement ? des corticoides…

“Alors oui des corticoïdes pour la soulager, mais on ne le conseille pas pour éviter les surinfections”…

Donc advil, solupred, celestène …. exit les cortico qui font du bien sur sa fièvre…

ça m’énerve! Oui, ça me gonfle, parce que depuis le début je dis qu’il y a un problème. Ce n’est pas normal qu’un enfant soit tout le temps malade. On va quand même chez le médecin tous les 15 jours, et pas juste pour un rhume! Et enfin, une personne, l’ange gardien passe par là et agit enfin en conséquence. Elle n’aurait pas été là, on serait encore rentrés chez nous une main devant une main derrière et la gosse toujours aussi patraque quoi!

Les internes ne prennent assez en considération la parole des patients ! Ils sont là pour apprendre, le nôtre a fait une belle boulette, je préfère le laisser dans sa culpabilité plutôt que d’en rajouter une couche.
Ce mardi, j’ai tout de suite donné la douche à la puce. Faut qu’on enlève cette odeur d’hôpital, la colle des pansements…
Je la couche enfin dans sa chambre, dans son lit, dans cette pièce qui sera restée vide 3 jours…
Elle dormira 4h. Elle est épuisée et choquée. 

Mon homme en profite pour faire le plein de produits à base de potassium, de calcium et de magnésium. Des légumes, des fruits, des céréales… Faut qu’on la rebooste ! Et ça commence par la nourriture.

Mercredi …

Je décide qu’il fallait qu’on change d’air et surtout d’idées… On va se faire une matinée shopping pour les décos de noel.. Un nouvel arrivage pour des guirlandes à 1 €, je peux pas passer à coté hein… Et là, surprise, mon magasin préféré a déménagé, pour laisser place à un Youpi !

Bon ben t’en qu’à faire, autant s’éclater au trampoline et à la piscine à balle…

Elle ne mange pas ses frites et nuggets, s’éclate comme jamais, et on rentre pour décorer notre chez nous, aux couleurs de noel !

Le soir, elle pleurera longtemps en se plaignant de sa jambe. J’appelle un médecin en catastrophe, parce que bien sur il est 19h30.

Il nous reçoit, l’ausculte, ne voit rien de particulier, mais me précise que c’est lié au potassium. Mais comment savoir si elle en a encore perdu ?? Quelle ligne directrice avons-nous pour la prochaine crise ? Aucune info !!! 

Il doit me rappeler, pour me donner plus d’informations. Car malgré tout ça, je n’ai ni compte-rendu, ni conseils, ni informations, rien ! Je ne sais pas ce qu’elle a… 

Je profite de ce billet, pour vous remercier encore chaleureusement (même si j’ai l’impression que ce n’est pas suffisant, ou que le mot n’est pas assez fort), pour tous vos petits messages pour ma fille. Oui, ils m’ont redonné du courage, de la force et m’ont surtout aidé à garder l’esprit éveillé et en alerte ! Amis, familles et lecteurs, vous restez pour moi des anges, je vous le redis, et je le pense sincèrement. 

Le fait de voir ces autres enfants malades dans cet hôpital, m’a fait réfléchir. La tristesse dans le regard de cette petite fille, ou l’angoisse de voir sa mère partir pour ce petit garçon, ne m’ont pas laissé indifférente. Le personnel est certes adorable et attentionné mais les locaux sont vraiment tristes et déprimants.

Ils ont par chance une salle remplie de vieux jeux, de vieux jouets, où ils peuvent enfin retrouver leur monde d’enfants. Je m’adresse à vous les blogueuses (en tout cas pour celles qui me suivent), j’adore vos idées de calendriers de l’avent, c’est génial, et je salue votre dur travail pour organiser tout ceci. Mais pourriez-vous demander à vos partenaires de faire un geste pour un hôpital proche d’eux ou de s’associer à une association de type les nez rouges ? Ils se feront connaitre de toute façon par leur générosité et leur participation, car il est aussi important de gâter TOUS les enfants, ils le méritent tous, même si certains sont souvent oubliés. Pour ma part, je vais tenter de me rapprocher d’eux, sur Rennes, et voir comment faire pour récupérer quelques cadeaux juste pour leur changer un peu les idées. 

 
 
 

Bonjour à tous, je suis Sarah de la Popotamfamily. Maman bretonne d'une petite crevette de 5 ans, nous partageons avec vous, toutes nos découvertes, nos tests, coups de cœur. Recettes de cuisine, lifestyle et tests en tout genre, bienvenue chez nous!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :